Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Appel aux (récents) docteurs en droit public

Comme vous le savez peut-être, avec mes collègues Martin Collet, Xavier Dupré de Boulois et Norbert Foulquier, nous tenons depuis désormais pas loin de deux années, une chronique des thèses de droit administratif, dans la Revue Française de Droit administratif. Cette chronique a l’ambition considérable d’appliquer aux thèses de droit administratif la méthode de chronique qui prévaut dans la Revue Trimestrielle de Droit Civil : plutôt qu’une recension en bonne et due forme nous nous autorisons à saisir une des questions abordées dans la thèse pour développer un thème de débat ou de réflexion.

Comme vous le savez peut-être, avec mes collègues Martin Collet, Xavier Dupré de Boulois et Norbert Foulquier, nous tenons depuis désormais pas loin de deux années, une chronique des thèses de droit administratif, dans la Revue Française de Droit administratif. Cette chronique a l’ambition considérable d’appliquer aux thèses de droit administratif la méthode de chronique qui prévaut dans la Revue Trimestrielle de Droit Civil : plutôt qu’une recension en bonne et due forme nous nous autorisons à saisir une des questions abordées dans la thèse pour développer un thème de débat ou de réflexion.

Seulement voilà, malgré nos connexions multiples, nous ne parvenons que difficilement à obtenir un exemplaire des thèses récemment soutenues. Soit que les auteurs emprunts de modestie n’osent pas nous les adresser, soit que le coût de la reprographie d’un exemplaire supplémentaire soit significatif, ce qui sont deux raisons valables, soit encore que les jeunes docteurs ne lisent pas la RFDA ou considèrent cette chronique comme inintéressante, ce qui sont deux raisons beaucoup moins valables…

Aussi bien, je lance ici un appel :

Et ne soyez retenus ni par le fait que vous n’ayez pas (encore) été qualifié ou quelqu’autre motif de cette nature.

Evidemment, en contrepartie de cet envoi nous ne pouvons rien promettre : nous chroniquons environ 10 thèses par an, il est bien évident que nous devons opérer des choix. Comme je le disais en ouverture de la première chronique, ces choix ne sont en rien des jugement de valeur, ils reflètent davantage notre intérêt pour un sujet ou un angle de traitement d’un thème. Où Vous pouvez aussi déposer une annonce légale.

Nous ne pouvons même pas vous promettre de réponse positive ou négative sur l’insertion dans une future chronique, car les choses se décident souvent au dernier moment (là je sens le regard de mes camarades de chronique s’obscurcir quelque peu, leur sourcil se froncer et une petite voix leur monter « non mais dit donc, qui c’est qui est en retard pour la remise des chroniques ? ». Mais mes lecteurs sauront bien où est le vrai, je suis connu pour la ponctualité proverbiale avec laquelle je remets mes articles…).

Et nous ne pouvons pas davantage vous promettre la restitution des exemplaires (Mais dont vous pouvez être assurés, cependant qu’ils seront consultés et rendus accessibles à nos propres doctorants).

Découvrez le journal officiel d'annonces légales.

Écrire un commentaire

Optionnel